Toux

Qu'est-ce que la toux ? 1,2,3

La toux n’est pas une maladie mais un symptôme. C’est un réflexe naturel de défense permettant de libérer les voies aériennes des impuretés inhalées (ou des mucosités et autres sources d’agression). C’est une contraction brusque et répétitive de la cage thoracique dont résulte une expulsion d’air violente facilitant ainsi la respiration.

La toux est le plus souvent due à une infection virale ou provoquée par des maladies telles que le rhume, l’asthme, le reflux-gastro-œsophagien…

saviez-vous ?

Lorsque vous toussez, l’air que vous expulsez peut atteindre une vitesse de 900 km/h. 4

Quels sont les différents types de toux ? 1,2,3

La toux sèche

Elle est le plus souvent la conséquence d’une irritation muqueuse. L’organisme ne produit pas de glaires, elle est donc considérée comme étant improductive, irritante et gênante. L’irritation de la muqueuse des voies respiratoires déclenche une toux réflexe qui peut évoluer vers une toux productive. Son traitement va consister à soulager les symptômes ou à la bloquer.

La toux grasse

Dans ce type de toux, la muqueuse bronchique, qui se retrouve débordée en cas d’infections, produit des glaires, elle est donc dite productive. Le réflexe de la toux dans ce cas est un mécanisme de défense naturel qui doit être préservé car il est indispensable à l’organisme.

La toux indifférenciée

Lors de bronchite, la toux est généralement “sèche” en premier puis évolue vers une toux “grasse” en quelques jours. Lors d’une manifestation inflammatoire hivernale des voies respiratoires, la toux peut être “grasse” à un moment donné et “sèche” à un autre. Après un épisode viral, la toux peut se prolonger sur
3 à 8 semaines. Cela peut signifier que la muqueuse cicatrise progressivement ou qu’il y a un épisode de surinfection secondaire.

Une toux est dite chronique si elle persiste au-delà de 3 semaines ou se répète par exemple 1 semaine par mois pendant 6 mois. Dans ce cas, la toux peut être considérée comme plus préoccupante. La consultation d’un médecin est conseillée afin que ce dernier puisse s’intéresser à son ancienneté et aux circonstances de survenue pour tenter d’en comprendre et de traiter la cause sous-jacente.

Nos conseils pour prévenir

la toux

Évitez de fumer ou de fréquenter des lieux enfumés et poussiéreux (en particulier chez l’enfant)

Aérez et humidifiez les pièces à vivre

Évitez les brusques variations de température

Buvez beaucoup

Protégez-vous du froid

Si toutefois il est trop tard et que vous êtes déjà malade, voici quelques astuces qui vous permettront de mieux supporter la toux :

Utilisez du miel dans une tisane ou du lait chaud pour un effet adoucissant

En cas de toux nocturne, redressez votre buste à l’aide d’oreillers

En cas de toux grasse, mouchez-vous et lavez-vous les fosses nasales avec des solutions d’eau de mer ou du sérum physiologique ; cela évitera un entretien de la toux causé par l’écoulement des sécrétions nasales vers la gorge

FAQ

La toux est essentiellement provoquée par des stimuli irritants qui activent des récepteurs présents le long des voies respiratoires (larynx, trachée, bronches) et qui envoient un message au cerveau au niveau du centre de la toux. Le cerveau envoie ensuite un influx nerveux à l’ensemble du système respiratoire pour déclencher la toux. Cette dernière se décompose en 3 phases :

  1. Inspiration : les poumons se remplissent d’air suite à une inspiration forcée, profonde et rapide.
  2. Contraction : La glotte se ferme. Les muscles de l’abdomen et les muscles intercostaux se contractent et compriment la cavité thoracique, mais l’air est piégé dans les poumons (glotte fermée). Cela entraine une forte augmentation de la pression à l’intérieur du thorax ainsi qu’une compression de la trachée et des bronches dont le calibre diminue.
  3. Expiration : L’ouverture consécutive de la glotte ainsi que la contraction puissante des muscles expiratoires constituent la phase d’expiration où l’air est expulsé à très grande vitesse (jusqu’à 250 mètres par seconde, soit 900 km/h).

Consultez votre médecin traitant dans les jours qui viennent lorsque :

  • Votre enfant n’a pas de fièvre mais tousse depuis plus de 8 jours.
  • Votre toux perturbe vos activités quotidiennes.
  • Malgré les mesures que j’ai prises, vous toussez toujours au bout de 3 semaines.
  • Votre toux s’aggrave progressivement ou devient chronique.

Consultez votre médecin traitant dans la journée lorsque :

  • Votre nourrisson de moins de 3 mois tousse.
  • Votre nourrisson de plus de 3 mois (et moins de 2 ans) tousse et présente d’autres symptômes : difficultés à s’alimenter, à respirer, diarrhée, éruption, fièvre .
  • Votre enfant de plus de 2 ans tousse et a un comportement inhabituel (inconfort, douleur, fatigue, agitation…) ou une fièvre modérée depuis plus de 3 jours.
  • Vous avez une fièvre supérieure à 38 °C et vous êtes essoufflé, vous avez du mal  à respirer ou avez d’autres symptômes tels que des douleurs, une  perte d’appétit, des vomissements répétés, une diarrhée, etc.
  • Vous êtes âgé ou atteint d’une maladie chronique et votre toux est accompagnée de fièvre supérieure à 38 °C et de signes associés : mal de gorge, mal de tête, fatigue, douleurs musculaires.
  • Vous êtes enceinte et vous avez une température supérieure à 38 °C.

Contactez sans tarder le service d’aide médicale d’urgence (SAMU) au 15 lorsque :

  • Votre nourrisson (moins de 2 ans) tousse et présente des difficultés à respirer : battement des ailes du nez, respiration bouche ouverte…
  • Votre enfant a une toux bruyante et stridente, une forte fièvre avec des difficultés à avaler et à inspirer, une respiration bouche ouverte, une voix rauque ;
  • La toux de votre enfant est sèche, explosive et invalidante, par quintes, d’apparition soudaine après étouffement et vous suspectez une inhalation d’un corps étranger.
  • Vous avez des douleurs thoraciques, une toux productive avec des crachats teintés de sang ou d’aspect mousseux.
  • Un adulte de votre entourage a une fièvre supérieure à 38 °C et l’un des symptômes suivants : suffocation et détresse respiratoire, cyanose (teinte bleuâtre de la peau et des muqueuses), difficulté à bouger, raideur du cou, altération du comportement.

Nos solutions contre la toux

Belivair®
toux

SOURCES :

  1. Améli. Comprendre le mécanisme de la toux. 2020. [En ligne] www.ameli.fr/llle-et-vilaine/assure/sante/themes/toux/comprendre-mecanisme-toux. Consulté le 09/06/2020.
  2. HAS. Traitement de la toux et de l’expectoration dans les bronchites. 2006.
  3. Vidal. Toux de l’adulte. [En ligne] www.vidal.fr/recommandations/2737/toux_de_l_adulte/la_maladie. Consulté le 09/06/2020.
  4. Moinard J, et al. Physiologie de la toux. Rev Mal Resp. 2000 ; 17 : 23-8.
  5. Améli. Quand consulter et comment calmer la toux ? 2020. [En ligne] www.ameli.fr/llle-et-vilaine/assure/sante/themes/toux/calmer-toux-cas-faut-consulter. Consulté le 09/06/2020.