Rhume

Rhume, rhinite ou rhinopharyngite 1,2,3,7

Le rhume, parfois appelé rhinite ou rhinopharyngite, désigne une infection virale des voies aériennes supérieures (IVVAS).

Comment vous enrhumez-vous ?

Une membrane, appelée muqueuse, tapisse les cavités nasales et sinusales ainsi que le pharynx (en d’autres termes, le nez, les sinus et la gorge). Un air sec et froid, comme il en existe en hiver, peut fragiliser cette muqueuse en l’asséchant. Elle devient ainsi plus vulnérable aux virus. Ne pouvant pas les combattre, ils se multiplient et créent une infection.

Quels sont les virus responsables du rhume ?

Les plus courants sont : les rhinovirus, les adénovirus et les coronavirus. Ils sont connus non seulement pour être responsables des infections nasales et pharyngées, mais aussi pour leur grande contagiosité.

LES MODES DE TRANSMISSION DU RHUME 1,4,5

Le rhume est certes une infection bénigne, mais il reste une pathologie très contagieuse. Il se peut se transmettre de plusieurs manières.

Voici en résumé ses modes de transmissions :

LES SYMPTÔMES DU RHUME 2,3,8

Même si les symptômes du rhume sont sans gravité, ils n’en demeurent pas moins gênants. Ils débutent 1 à 3 jours après le début de l’infection par :

  • une irritation ou un mal de gorge ;
  • et une gêne au niveau du nez.

S’en suivent :

  • des éternuements ;
  • un écoulement nasal (ou rhinorrhée) ;
  • un nez bouché (ou congestion nasale) ;
  • un mal-être passager (petite fatigue, sensation de froid…) ;
  • des yeux larmoyants ;
  • et de légers maux de tête.

Les sécrétions nasales sont plutôt fluides et claires. Parfois très abondantes, elles demandent de se moucher très souvent. Une toux et un peu de fièvre (environ 38°) peuvent venir compléter le tableau.

Enfin, la durée des symptômes se situe entre 7 et 10 jours.

RHUME ET CONSULTATION MÉDICALE 2,3

Vous êtes enrhumés depuis plus de 10 jours et les symptômes persistent ou s’aggravent. Par exemple :

  • les sécrétions nasales s’épaississent et deviennent opaques et de couleur jaune verdâtre ;
  • votre température est supérieure à 38,5 °C ;
  • des douleurs évoquant une sinusite, une angine ou une otite apparaissent ;
  • ou tout autre signe suspect.

Il s’agit peut-être d’une surinfection et il nécessaire de prendre un avis médical. Contactez votre médecin traitant.

NOS CONSEILS POUR LUTTER CONTRE LE RHUME ET AMÉLIORER VOTRE QUALITÉ DE VIE

7 conseils pour éviter de vous enrhumer

Habillez-vous chaudement pendant la saison froide.

Lavez-vous régulièrement les mains et apprenez à vos enfants à en faire de même. C’est un geste barrière particulièrement efficace contre les virus, et donc dans la prévention du rhume.

Conservez une bonne forme physique. Bougez, faites du sport et privilégiez une bonne alimentation.

Dormez suffisamment et préservez un sommeil de qualité. Aérez votre chambre tous les jours (même en hiver). La nuit, sa température doit être comprise en 16 °C et 19 °C.

Préservez la muqueuse nasale du dessèchement. Veillez à garder un taux d’humidité suffisant dans l’air de vos pièces. Évitez les climatiseurs, car ils déshumidifient l’air. A contrario, si l’air ambiant est naturellement sec, veillez à l’humidifier. La température moyenne recommandée est de 19 °C (de 16 °C dans la chambre à 22 °C dans la salle de bain).

Contrôlez votre stress afin de conserver vos défenses immunitaires. Pensez à prendre du temps pour vous détendre (lecture, sport, promenade, sieste…).

Contribuez au fonctionnement normal de votre système immunitaire grâce à un complément alimentaire comme Imunivair®.

Évitez de fumer. Le tabac est très agressif pour la gorge et néfaste pour le système immunitaire. Il fragilise les muqueuses et les rend vulnérables aux virus. Si vous êtes déjà enrhumés ? Il augmente les risques de complications.

Et si vous êtes enrhumés…

Continuez évidemment à suivre les conseils prodigués précédemment, notamment à vous laver fréquemment les mains avec un savon.

Pour éviter la propagation du virus

Éternuez ou toussez dans le pli du coude. Mouchez-vous dans des mouchoirs jetables et à usage unique. Si vous sortez (le moins possible), vous pouvez porter un masque.

Gardez une distance respectable pour épargner votre entourage. Évitez de partager les objets personnels (vaisselle, serviette ou gant de toilette, jouets, clavier, tablette, téléphone…).

Pour échapper à la surinfection

Mouchez-vous régulièrement, toujours une narine après l’autre.

Conservez une muqueuse nasale humide en vous lavant les fosses nasales grâce à une solution isotonique d’eau de mer, comme Belivair® Hygiène du nez. Changez l’embout nasal si vous partagez le spray avec d’autres membres de la famille.

Et pour améliorer votre confort

Pour libérer les voies respiratoires et favoriser un bon sommeil, surélevez votre tête. Vous pouvez aussi opter pour un complément alimentaire tel que Vendivair® Jour &Nuit Nez/Gorge.

Évitez les pièces surchauffées (jour et nuit) afin de favoriser une respiration fluide (d’autant plus si votre nez est bouché).

FAQ

  • La rhinite aiguë (différente de chronique) est le nom médical du rhume. C’est une infection virale qui se traduit par une inflammation des voies nasales, avec présence ou non de sécrétions.
  • La pharyngite désigne une inflammation du pharynx. Le pharynx est situé à l’arrière de la bouche et a la forme d’un entonnoir. Cette infection est très souvent d’origine virale.
  • La rhinopharyngite combine les 2 pathologies décrites ci-dessus. Il s’agit d’une inflammation de la gorge associée à un nez qui coule (ou bouché) et à une possible fièvre. L’agent pathogène principal est un virus appelé rhinovirus.
  • La sinusite (ou rhinosinusite aiguë)  est considérée comme une infection d’origine virale ou bactérienne. Elle se traduit par une réaction inflammatoire des muqueuses qui recouvrent l’intérieur des sinus. Les sinus sont des cavités osseuses (réparties en 4 paires) situées au-dessus du nez, dans les os du visage. On parle de rhinosinusite chronique lorsque la symptomatologie n’est pas résolue après 12 semaines.

Comme chez l’adulte, c’est un virus qui est responsable du rhume chez l’enfant. Un antibiotique agissant sur des bactéries, il sera inefficace sur une rhinite aiguë. 7 à 10 jours après son apparition, l’infection disparaîtra d’elle-même. Il faut être patient…

Néanmoins, des gestes simples existent pour soulager votre enfant et éviter une surinfection :

  • Mouchez-le régulièrement ou inspirez les sécrétions avec un mouche-bébé.
  • Lavez son nez avec du sérum physiologique ou une solution isotonique d’eau de mer, comme Belivair® Hygiène du nez (à partir de 3 mois). Choisissez le produit en fonction de son âge.
  • Humidifiez l’air de sa chambre, s’il est trop sec, veillez à y conserver une température n’excédant pas 19° et aérer la, tous les jours (même en hiver).
  • Apprenez-lui à se laver les mains fréquemment avec un savon.
  • Surélevez sa tête la nuit si son sommeil est perturbé.

Si vous décidez de lui donner un produit sans avoir pris un avis médical, soyez vigilants !

Un conseil : demandez l’avis de votre pharmacien.

En tout état de cause, si vous choisissez l’automédication, veillez à vérifier :

  • l’âge requis pour prendre le médicament (3 mois, 6 mois, 3 ans… 15 ans) ;
  • la dose journalière maximale (souvent en fonction du poids de l’enfant) ;
  • le temps de traitement maximal (5 jours au plus) ;
  • la compatibilité des produits (spray, médicaments, complément alimentaire, vitamines…) car certaines associations peuvent être dangereuses.

Veillez à prendre rapidement rendez-vous avec votre médecin traitant ou avec le pédiatre de votre enfant, dans les cas de figure cités ci-dessous :

  • aucune amélioration des symptômes depuis 10 jours ;
  • survenue de la fièvre :
    • chez un bébé de moins de 3 mois, s’il a la moindre température ,
    • à tout âge, si la température dépasse 38,5 °C depuis plus de 3 jours ,
    • peu importe l’âge, si la température atteint 40 °C (ou plus),
  • plainte de douleurs à l’oreille ;
  • constatation d’un écoulement sur une oreille ;
  • gonflement des paupières ;
  • apparition d’une conjonctivite (yeux très rouges) avec un écoulement purulent ;
  • maux de tête violents ;
  • difficultés à respirer ou respiration irrégulière ;
  • risque de déshydratation :
    • refus de boire ou de s’alimenter,
    • diarrhées importantes,
    • vomissements,
  • changement de couleur au niveau sa peau :
    • pâleur,
    • lèvres et doigts bleus,
    • taches violacées sur la peau,
  • changement d’attitude :
    • somnolence, grande fatigue ,
    • agitation inhabituelle ,
    • pleurs inexpliqués.

SOURCES :

  1. Améli. Reconnaître la rhinopharyngite de l’adulte. 2020. [En ligne] www.ameli.fr/llle-et-vilaine/assure/sante/themes/rhinopharyngite-adulte/symptomes. Consulté le 05/06/2020.
  2. Bien vous soigner, avec des médicaments disponibles sans ordonnance. Le rhume de l’adulte. Afssaps, juin 2008.
  3. Améli. Reconnaître la rhinopharyngite du bébé et de l’enfant. 2020. [En ligne] www.ameli.fr/llle-et-vilaine/assure/sante/themes/
    rhinopharyngite-enfant/reconnaitre-rhinopharyngite. Consulté le 05/06/2020.
  4. Santé publique France. Virus hivernaux. 2019. [En ligne] www.santepubliquefrance.fr/determinants-de-sante/virus-hivernaux. Consulté le 05/06/2020.
  5. Améli. Pourquoi adopter les gestes barrières ? 2019. [En ligne] www.ameli.fr/hauts-de-seine/assure/sante/themes/gestes-barrieres/
    pourquoi-adopter-les-gestes-barrieres. Consulté le 05/06/2020.
  6. Phillipson G, Fietza I. The impact of common cold and flu on sleep : sufferer and physician perceptions. Eur Resp J. 2018;52: OA287.
  7. Académie nationale de médecine. Rapport 20-04. Les prescriptions médicamenteuses dans le rhume de l’adulte d’origine virale [En ligne]www.academie-medecine.fr/wp-content/uploads/2020/10/Rapport-20-04-Les-prescriptions-m-dicamenteuses_2021_Bulletin-de-l-Acad-mie.pdf
  8. Passeport  Santé. [En ligne]www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=rhume_pm