Rhume

Qu'est-ce que le rhume ? 1,2,3

Le rhume, aussi appelé rhinite ou rhinopharyngite, est une infection virale de la muqueuse qui tapisse la cavité nasale et le pharynx. C’est une maladie qui se manifeste souvent par temps froid. En effet, lorsque l’air est plus sec et plus froid, la muqueuse du nez est aussi plus fragile et donc plus vulnérable aux virus. Les rhinovirus, les adénovirus ou les coronavirus sont les principaux virus responsables du rhume et connus pour leur grande contagion.

Comment le rhume se transmet-il ? 1,4,5

Le rhume est une pathologie bénigne mais très contagieuse qui peut se transmettre de plusieurs façons :

Transmission directe
de personne à personne via les gouttelettes chargées de virus émises lors de la toux, d’éternuements ou dans les postillons et qui restent en suspension dans l’air ou par contact proche entre personnes : baisers, poignées de mains…

Transmission indirecte
par l’intermédiaire d’objets contaminés par une personne malade : jouets, doudous, tétines, linge de toilette, boutons d’ascenseur, poignées de porte, plan de travail, couverts…

Quels sont les symptômes caractéristiques d’un rhume ? 2,3

La plupart du temps, le rhume est d’une durée de
7 à 10 jours et est associé à des signes avant-coureurs tels que la fatigue, une sensation de froid. D’autres symptômes caractérisent le rhume dont principalement, un écoulement nasal clair associé ou non à des éternuements, des picotements des yeux, un nez bouché, de la fièvre, un mal de tête, une toux et un mal de gorge.

Le saviez-vous ?

En France, 96 % des personnes qui ont un rhume se réveillent au moins 1 fois dans la nuit à cause des symptômes. 6

Quand faut-il consulter un médecin en cas de rhume ? 2,3

Si les symptômes persistent sans amélioration au-delà de 10 jours, consultez un médecin.
Il est possible que des signes plus graves apparaissent plusieurs jours après le début du rhume. Ils doivent alors conduire à prendre l’avis de votre médecin traitant car ils sont habituellement la traduction d’une surinfection : une fièvre forte au-dessus de 38,5°C, des sécrétions nasales plus épaisses et plus jaunes, une conjonctivite, des douleurs évoquant une sinusite, une angine ou une otite.

Nos conseils contre

le rhume

Voici 10 gestes simples qui pourront vous aider à prévenir un rhume ou à améliorer votre confort : 2

Habillez-vous chaudement pendant la saison froide et éviter les sorties si vous êtes malade.

Lavez-vous régulièrement les mains et apprenez aux enfants à en faire autant. Evitez également de porter les mains au visage.

Faites de l’exercice, la pratique sportive est un élément important pour garder une bonne forme physique.

Évitez de fumer. Le tabac irrite les voies respiratoires et augmente le risque de complications liées au rhume.

Toussez ou éternuez dans votre coude ou dans un mouchoir. Mouchez-vous régulièrement avec des mouchoirs jetables pour évacuer les sécrétions et éviter les complications

Évitez de partager les objets personnels (verre, vaisselle, gant de toilette, etc.) d’une personne enrhumée et restez à distance autant que possible.

Éviter les climatiseurs qui déshumidifient l’air et assèchent les muqueuses nasales. La température idéale de la pièce doit être aux environs de 18-20°C.

Dormez suffisamment. Pensez à dormir la tête surélevée afin d’améliorer le flux d’air dans les narines bouchées.

Pensez à aérer régulièrement les chambres (même en hiver) et à humidifier l’air ambiant si nécessaire. Cela peut améliorer la résistance de la muqueuse nasale.

Humidifiez votre muqueuse nasale avec des solutions de lavage adaptées (sérum physiologique, sprays d’eau thermale ou d’eau de mer). Evitez d’utiliser le même embout nasal pour toute la famille.

FAQ

  • La rhinite aiguë (différente de chronique) est le nom médical du rhume : il s’agit d’une inflammation des voies nasales avec présence ou non de sécrétions.
  • La pharyngite désigne une inflammation du pharynx. Le pharynx est situé à l’arrière  de la bouche et a la forme d’un entonnoir.
  • La rhinopharyngite combine les 2 pathologies décrites ci-dessus. Il s’agit d’une inflammation de la gorge avec participation nasale (nez qui coule ou nez bouché) et  une possible fièvre (à 38,5°C). L’agent principal est un virus appelé rhinovirus.
  • La sinusite désigne l’inflammation des muqueuses qui recouvrent l’intérieur des sinus. Les sinus sont des cavités osseuses (réparties en 4 paires) situées au dessus du nez, dans les os du visage.
  • La sinusite ou rhinosinusite aiguë est considérée comme une infection d’origine virale ou bactérienne se traduisant par une réaction inflammatoire des muqueuses  nasosinusiennes. Le terme de sinusite reste couramment utilisé en médecine quotidienne bien que le terme de rhinosinusite traduise plus précisément les désordres muqueux observés lors de ces épisodes infectieux. On parle de rhinosinusite chronique lorsque la symptomatologie n’est pas résolue après 12 semaines.

Le rhume étant dû à un virus et non à des bactéries, les antibiotiques n’ont aucun effet sur le traitement de cette infection. Cette dernière disparait d’elle-même, généralement en une semaine. Il est toutefois possible d’agir sur les symptômes :

  • Tout d’abord, nettoyez le nez de votre enfant avec du sérum physiologique ou une solution à l’eau de mer adaptée à son âge et, selon le cas, faites-le se moucher ou aspirez le mucus grâce à un mouche-bébé.
  • Si votre enfant a de la température ou se plaint de maux de tête, de maux de gorge et si ces symptômes persistent, ou que la fièvre monte trop, consultez votre médecin.

Si vous décidez de prendre un médicament en automédication contre le rhume :

  • Vérifiez les contre-indications (enfant de moins de 6/12/15 ans, grossesse, problèmes cardiaques…) avec votre pharmacien.
  • Ne dépassez pas la dose journalière préconisée par votre pharmacien.
  • Ne prolongez pas le traitement au-delà de 5 jours.
  • N’associez jamais plusieurs médicaments à base de vasoconstricteurs.

Il est conseillé de consulter rapidement votre médecin si :

  • Votre enfant a moins de trois mois et a de la fièvre.
  • Votre enfant a une fièvre de 40 °C et plus.
  • Votre enfant refuse de boire (ce qui peut entraîner une déshydratation) et/ou ne s’alimente plus; il est très pâle; ses lèvres et ses doigts bleuissent; sa respiration devient irrégulière; il est agité, somnolent, confus ou présente une grande fatigue.
  • Votre enfant somnole, présente une gêne respiratoire, des maux de tête violents, des vomissements, des pleurs inexpliqués ou des tâches violacées sur la peau, même en l’absence de fièvre.
  • Votre enfant a des diarrhées importantes ou des vomissements qui peuvent entraîner sa déshydratation.

Lorsque votre enfant est atteint de rhinopharyngite, consultez lors d’aggravation ou de persistance des symptômes suivants :

  • La température de votre enfant dépasse 38,5 °C et dure plus de trois jours.
  • La toux, le nez qui coule (ou bouché) ne s’améliorent pas après dix jours.
  • Votre enfant ressent des douleurs au niveau d’une oreille, ou vous constatez que son oreille a coulé.
  • Il présente une conjonctivite purulente ou un gonflement des paupières.

SOURCES :

  1. Améli. Reconnaître la rhinopharyngite de l’adulte. 2020. [En ligne] www.ameli.fr/llle-et-vilaine/assure/sante/themes/rhinopharyngite-adulte/symptomes. Consulté le 05/06/2020.
  2. Bien vous soigner, avec des médicaments disponibles sans ordonnance. Le rhume de l’adulte. Afssaps, juin 2008.
  3. Améli. Reconnaître la rhinopharyngite du bébé et de l’enfant. 2020. [En ligne] www.ameli.fr/llle-et-vilaine/assure/sante/themes/
    rhinopharyngite-enfant/reconnaitre-rhinopharyngite. Consulté le 05/06/2020.
  4. Santé publique France. Virus hivernaux. 2019. [En ligne] www.santepubliquefrance.fr/determinants-de-sante/virus-hivernaux. Consulté le 05/06/2020.
  5. Améli. Pourquoi adopter les gestes barrières ? 2019. [En ligne] www.ameli.fr/hauts-de-seine/assure/sante/themes/gestes-barrieres/
    pourquoi-adopter-les-gestes-barrieres. Consulté le 05/06/2020.
  6. Phillipson G, Fietza I. The impact of common cold and flu on sleep : sufferer and physician perceptions. Eur Resp J. 2018;52: OA287.