Fonction respiratoire

La fonction respiratoire est l’une des fonctions physiologiques fondamentales de notre organisme. Elle a pour finalité d’approvisionner l’organisme en oxygène (O2) afin de répondre aux besoins des organes qui en consomment pour leur activité, ainsi que d’assurer l’élimination du gaz carbonique (CO2) qu’ils produisent. 1

Elle intègre à la fois une composante mécanique : la ventilation qui est l’organisation des flux d’air de l’inspiration et de l’expiration dans les voies respiratoires (nez, gorge, trachées, bronches, poumons), permettant les échanges gazeux (O2 et CO2) entre l’air et le sang, au niveau des alvéoles pulmonaires.1,2

La structure des voies respiratoires et en particulier celle de la muqueuse, composée de cellules épithéliales, qui les protègent, répond quant à elle à des contraintes très spécifiques :

Elle permet de filtrer et nettoyer en permanence l’air inspiré afin de limiter au maximum les risques d’encombrement par les poussières et les particules végétales transportées dans l’air inspiré.1,2
Elle permet d’éviter les risques d’envahissement par des agents infectieux : virus ou bactéries 1,2.  Les voies respiratoires constituent ainsi une composante majeure des fonctions immunitaires en charge de la défense de notre organisme. 3
Grâce à leur très riche vascularisation, les muqueuses respiratoires sont par ailleurs en charge du conditionnement de l’air inspiré en assurant en toutes circonstances son réchauffement ( ̴ 37°C) et son humidification (saturation à 100 %). 1-3

Le saviez-vous ?

Un terrain de tennis
C’est la surface totale des alvéoles pulmonaires en contact avec les capillaires pulmonaires. Il s’agit là d’une organisation très efficace pour les échanges entre l’air et le sang afin de maintenir la composition adéquate du sang. 1
À la colle
Les muqueuses respiratoires intègrent de nombreuses glandes produisant du mucus qui permettent de piéger les poussières et les microorganismes. Une fois englués, la majorité des microorganismes sont détruits par des anticorps produits en particulier par les amygdales dans le mucus et/ou sont évacués hors de l’organisme par des procédés tels que la toux et les éternuements. 1
14 000 litres
C’est le volume moyen de l’air transitant chaque jour dans nos poumons. Chez les sportifs de haut niveau cela peut s’élever à 200 00 litres. 4
Par la bouche
Nous pouvons respirer par la bouche, mais alors l’hydratation à 100 % de l’air au niveau des voies respiratoires inférieures n’est plus assurée, ce qui entraîne un dessèchement de la trachée et des bronches et une diminution de l’efficacité de la filtration provoquant une fragilité aux irritations de la gorge et un risque d’infection plus élevé dû à la stagnation plus longue des microorganismes dans les voies irritées.1
Au poil !
Grâce à la présence de poils sur les rebords externes des narines la majorité des grosses poussières inhalées sont stoppées et filtrées. Plus loin, de petits cils recouvrant la surface des cellules épithéliales de la muqueuse nasale permettent, par leurs mouvements permanents et coordonnés, d’évacuer le mucus et les microorganismes vers le nasopharynx (gorge) entraînant leur déglutition et leur élimination vers l’estomac. 1

FAQ

Depuis des années les huiles essentielles représentent une alternative pour un bon fonctionnement des voies respiratoires.
Utilisées de nos jours dans les cosmétiques, le bien-être, les produits de santé, la médecine traditionnelle ou encore dans l’industrie alimentaire, les huiles essentielles suscitent un véritable engouement.5

Les huiles essentielles sont extraites de composés végétaux obtenus par distillation. Elles représentent un produit naturel très intéressant, possédant de nombreuses propriétés biologiques grâce à la richesse de leur composition. 5,6

Les huiles essentielles sont des concentrés d’actifs, une huile pouvant contenir des centaines de composants chimiques individuels, à l’origine de nombreux bénéfices utiles à l’équilibre des fonctions respiratoires. 5,6

Pendant la saison froide la circulation des virus est plus forte, et notre système immunitaire plus affaibli. Stimuler l’immunité permet à notre organisme de prévenir et de se défendre contre les affections saisonnières de l’appareil respiratoire.

Mais comment préparer son système immunitaire à protéger la fonction respiratoire ?

Un apport suffisant et régulier de divers micronutriments (vitamines et oligoéléments) est nécessaire pour maintenir le système immunitaire en bonne santé ; leur déficience réduit les réponses immunitaires et augmente les risques d’infections :

  • La vitamine D, par exemple, active des globules blancs nécessaires pour fabriquer des anticorps et détruire les microbes au niveau des voies respiratoires en protégeant ainsi les poumons des diverses infections. 7,8
  • La vitamine C est contenue en quantités élevées dans les globules blancs. Elle stimule leurs fonctions, étant utilisée rapidement lors d’une infection. La vitamine C a ainsi des propriétés immunostimulantes démontrées à améliorer les symptômes des infections des voies respiratoires supérieures. 7
  • La vitamine A, quant à elle, joue un rôle important dans l’intégrité des muqueuses, comme celle des voies respiratoires. Les personnes qui présentent une carence en vitamine A ont des risques plus élevés de développer des maladies respiratoires. 7
  • Le zinc : les chercheurs ont observé que même une légère carence en zinc avait un effet important sur plusieurs aspects des fonctions immunitaires chez l’humain. 9 Il maintient la structure de la muqueuse des voies respiratoires et a un effet de barrière contre les pathogènes en empêchant, par exemple, la réplication du rhinovirus. 7 Il joue un rôle important dans la productions des anticorps, ce qui permet à notre organisme de se défendre contre les infections. 7
  • Le sélénium renforce lui aussi les défenses. En dehors de son effet antioxydant, qui lui permet de protéger l’organisme lors des réactions inflammatoires, il intervient également dans la production des anticorps. 7 Associé au zinc, il diminue le risque d’infections broncho-pulmonaires. 9

notre solution

VENDIVAIR®
nez/gorge

SOURCES :

  1. Société française des infirmiers anesthésistes. Le système respiratoire. [En ligne] https://sofia.medicalistes.fr/spip/spip.php?article480 Consulté le 01/07/2020.
  2. Ligue Pulmonaire Suisse. Poumons et voies respiratoires. [En ligne] https://www.liguepulmonaire.ch/fr/preserver-les-poumons/connaissances/poumons-et-voies-respiratoires.html Consulté le 01/07/2020.
  3. Lig’Air – Association de surveillance de la qualité de l’air en région Centre-Val de Loire. Savez-vous quelle quantité d’air vous respirez chaque jour ? [En ligne] https://www.ligair.fr/faq/savez-vous-quelle-quantite-d-air-vous-respirez-chaque-jour Consulté le 01/07/2020.
  4. Gola R, et al. Physiologie nasale. Chirurgie orale et maxillo-faciale 2013;22-009-D-15. [En ligne] https://www.em-consulte.com/article/19586/physiologie-nasale Consulté le 01/07/2020.
  5. Prabuseenivasan S, et al. In vitro antibacterial activity of some plant essential oils. BMC Complementary and Alternative Medicine 2006;6:39.
  6. Horváth G. et Ács K. Essential oils in the treatment of respiratory tract diseases highlighting their role in bacterial infections and their anti-inflammatory action: a review. Flavour Fragr. J. 2015;30;331–41.
  7. Maggini S, et al. Slected vitamins and trace elements support immune function bystrengthening epithelial barriers and cellular and humoral immune responses. Br J Nutr. 2007;98(Suppl 1):S29-S35.
  8. Santé Magazine. 7 astuces pour renforcer ses défenses immunitaires. 2013. [En ligne] https://www.santemagazine.fr/alimentation/nutriments/7-astuces-pour-renforcer-ses-defenses-immunitaires-170662 Consulté le 08/07/2020.
  9. Santé Magazine. Des oligoéléments pour renforcer ses défenses immunitaires. 2014. [En ligne] https://www.santemagazine.fr/alimentation/nutriments/mineraux/des-oligoelements-pour-renforcer-ses-defenses-immunitaires-173698 Consulté le 08/07/2020.
  10. West P, et al. Probiotic supplementation for respiratory and gastrointestinal illness symptoms in healthy physically active individuals. 2011 Conference, Australia and 6th Probiotics, Prebiotics and New Foods, Rome